Comment Gibraltar est devenu le « Hot spot » de l’Europe en matière de mariages pendant la pandémie ?

Le minuscule territoire britannique situé à la pointe de l’Espagne, avec sa frontière ouverte et son absence de restrictions, est devenu l’endroit incontournable pour les couples qui souhaitent se marier en pleine pandémie.

Au moment où la plupart des pays mondiaux ont décidé de limiter au maximum la faisabilité des cérémonies de mariage et imposent des restrictions strictes aux voyages pour arrêter la propagation du coronavirus ainsi que des mesures de confinements et de télétravail plus ou moins généralisées, Gibraltar a préféré adopter une stratégie opposée en acceptant d’accueillir toutes les nationalités qui sont déterminés à faire leur noces malgré les obstacles posés par la crise sanitaire mondiale actuelle.

Des mariages en prévision d’une nouvelle vague de contamination

D’autres couples qui ont été confrontés à des restrictions de mariage dans leur propre pays ont également saisi l’occasion de se marier à Gibraltar cet été, en prévision d’une éventuelle seconde vague du virus.

A noter que pour l’histoire, les mariages à Gibraltar ont une certaine consonance historique. En effet, John Lennon des Beatles y a épousé Yoko Ono en 1969, après avoir subi une série de revers dans d’autres pays.

Une destination déjà ancrée dans le milieu du mariage

Bien avant la pandémie, Gibraltar était déjà perçu comme une destination privilégiée et populaire pour les couples internationaux désireux de se marier, et cela principalement en raison de la bureaucratie réduite nécessaire pour y célébrer cet évènement.

Les couples ont ainsi l’obligation de présenter leur passeport et leur certificat de naissance en arrivant sur le territoire, et d’y passer la nuit précédant la cérémonie ainsi que celle suivante. Ils reçoivent leur certificat de mariage par courrier dans un délai de trois semaines.

« Nous avons choisi Gibraltar parce que c’est un endroit calme, britannique et amical », aurait déclaré John Lennon dans le livre « The History of British Rock and Roll ».

Un territoire qui reste encore protégé d’une vague globale de contaminations

Peu de couples qui se sont mariés à Gibraltar lors d’un récent week-end s’inquiétaient des risques de se rendre sur place pendant la pandémie. Jusqu’à présent, le territoire a réussi à contenir la propagation du virus, avec moins de 350 cas au total et aucun décès.

Toutefois, le nombre de cas a augmenté ces dernières semaines et l’ouverture de la frontière avec l’Espagne, où le ministère de la santé a signalé près de 9 000 nouveaux cas vendredi dernier, a incité le Pays de Galles à retirer Gibraltar de sa liste de pays exemptés de quarantaine.